Phiv, plateau d'histologie végétale

Immuno cytologie

Immunolocalisation de protéines végétales

L’immunocytochimie permet la localisation tissulaire ou cellulaire de protéines dans les organes végétaux, elle fait intervenir la reconnaissance antigène-anticorps grâce à des anticorps spécifiques dirigés contre la protéine que l’on cherhe à localiser.

Nous proposons une technique dite indirecte, le marqueur (enzyme ou fluorochrome) étant conjugué à un anticorps secondaire. Dans le cadre de cette technique, nous avons développé plusieurs protocoles afin de s’adapter à la grande diversité des tissus végétaux. Ces protocoles peuvent être utilisés sur des échantillons inclus en paraffine ou en résine, ou sur des tissus frais (coupes obtenues avec un vibratome ou organes entiers), ce qui peut être un gain de temps important.
Les adaptations réalisées portent sur la préparation des échantillons, notamment la fixation, étape complexe et cruciale, la déshydratation ainsi que sur l’utilisation de fluorochromes pour la détection des protéines afin d’améliorer la précision du signal obtenu. Le microscope confocal et mutiphotonique du laboratoire est équipé d’un système d’analyse spectrale afin de discriminer le signal spécifique de l’autofluorescence (due aux parois cellulaires ou aux nombreux composés phénoliques présents dans les tissus végétaux). Il permet aussi d’obtenir des images en 3D à partir d’organes entiers ou de coupes épaisses.
Enfin ce mode de marquage en fluorescence permet de localiser plusieurs protéines sur la même coupe en utilisant des anticorps d’origine différente ou de nature isotypique différente, couplés à des fluorochromes dont les pics d’émission sont éloignés.

Immunolocalisation de Défensine dans une feuille d'Arabidopsis halleri

 


Coupe transversale de feuille (photo de Marie Mirouze)


Trichome (photo de Marie Mirouze)

Coupes réalisées au vibratome, anticorps conjugué Alexa-488